Gestion budgétaire pragmatique

Gestion budgétaire pragmatique 2018-08-30T11:20:15+00:00

Project Description

Le budget de la Ville s’élevait à 3,4 milliards de dollars pour 2018, dont près de la moitié est financée par les taxes foncières et le quart par les honoraires et les frais de service. Les subventions fédérales, provinciales et autres constituent la majeure partie des revenus restants.
Il y a une pression importante sur le budget annuel. Les résidents exigent à juste titre l’optimisation des ressources et s’inquiètent de l’impact des dépenses de la ville sur le budget de leur ménage. Dans un même temps, le manque d’investissement dans les actifs et les services communautaires a des impacts à court et à long terme sur la ville, ce qui peut être difficile à mesurer financièrement, mais qui s’accompagne néanmoins de coûts.
En outre, nous sommes confrontés aux mêmes défis (croissance, évolution démographique et changement climatique) et opportunités (nouvelles technologies, données, innovation) que les villes du monde entier. Une approche pragmatique de la gestion budgétaire est nécessaire pour atteindre les buts et objectifs du conseil.
La budgétisation est l’un des moyens les plus importants mis à notre disposition pour que les décisions prises par le conseil élu se transforment en résultats concrets pour les résidents. Le processus budgétaire doit fournir au conseil élu des éclaircissements sur les compromis qu’il effectue, ainsi que des plans concrets pour faire avancer les choses.
J’ai financé des petites et moyennes entreprises pour soutenir la croissance et l’innovation, géré un portefeuille de 100 millions de dollars d’investissements personnels et lancé un projet de plusieurs millions de dollars, auquel ont participé de nombreux intervenants, pour introduire un nouveau système de compensation et de règlement des paiements en temps réel au Canada. J’appliquerai cette expertise à la gestion budgétaire, à la mise en œuvre de projets et pour travailler sans relâche, afin d’obtenir des résultats concrets pour gérer judicieusement nos investissements en l’avenir:
Gestion budgétaire pragmatique:
• Imposer une discipline à la prise de décision du conseil de telle sorte que, lorsque cette attente existe, l’administration municipale agira, afin d’atteindre les objectifs fixés pour l’initiative proposée (par exemple, le plan de gestion de la forêt urbaine). La ville approchera alors le conseil avec un plan d’implémentation, de financement, ainsi que des jalons et des indicateurs pour un suivi continu du succès.
Approuver des stratégies et des initiatives sans savoir combien elles vont coûter ou si et comment la ville peut les payer n’a aucun sens. Allouer des fonds pour les initiatives approuvées et effectuer un suivi régulier garantira le respect des décisions du conseil.
• Préconiser que les recommandations faites au conseil incluent l’analyse de la question et des options pour les recommandations, ainsi qu’une gamme complète d’outils de prise de décision et d’évaluation, tels qu’une analyse complète des coûts durant tout le cycle de vie, aussi bien à court qu’à long terme, l’analyse d’impact, l’analyse comparative et les meilleures pratiques des villes canadiennes et internationales.
• Établir un processus de suivi de l’administration municipale lors de la présentation de rapports des coûts prévus, dans le cadre des recommandations au conseil (par exemple, le rapport des coûts prévus sur l’engagement du public et les règlements administratifs). Cela comprend les initiatives approuvées faisant état de jalons et de mesures.
Un meilleur processus budgétaire:
• Travailler avec le personnel de la ville pour accroître la transparence du processus d’établissement du budget, la participation de tous les conseillers plus tôt dans le processus et une plus grande participation du public. S’engager à organiser de vastes consultations budgétaires communautaires chaque année.
• Examiner l’allocation des budgets et identifier les options de flexibilité pour permettre une réaffectation en raison de l’évolution des priorités ou des besoins, et ce tout au long de l’année.
• Évaluer l’impact et l’efficacité des fonds contrôlés par les conseillers (par exemple, fonds en lieu et place des parcs, mesures temporaires d’apaisement de la circulation).
Un meilleur budget:
• Évaluer avec esprit critique les dépenses incluses dans les budgets d’investissement et d’exploitation, en particulier dans les domaines où les dépenses sont les plus importantes (par exemple, le train léger), en mettant l’accent sur l’évaluation de l’impact et de l’efficacité sur les objectifs déclarés.
• Plaider en faveur d’examens annuels sélectifs des programmes pour optimiser les ressources dans tous les départements.
• Limiter les augmentations de coûts dans les domaines des frais de service, de manière à ce qu’ils aient le moins d’impact possible sur ceux qui sont le moins en mesure de payer.

• Une limitation des augmentations d’impôts appelle à une discipline utile dans le processus de budgétisation, mais limite également les investissements dans la ville. Nous devons évaluer le budget du point de vue des investissements, pour comprendre les compromis inhérents entre les taxes et les investissements, y compris les coûts liés à l’absence d’investissements (par exemple, logements abordables, programmes environnementaux). Cela garantira une prise de décision judicieuse qui équilibre les coûts actuels et les avantages pour demain.

Christine’s Platform